DébatsVivre entre les lignesNotes

Manifeste pour un plan numérique québécois

Débats - Debates

« Nous voici déjà dans la deuxième décennie du XXIe siècle. Pourtant, le Québec ne dispose toujours pas d’une stratégie numérique! »

Cette phrase ouvre le Manifeste pour un plan numérique québécois que Communautique vient de mettre en ligne. Cette déclaration est le fruit d’une démarche collective amorcée il y a maintenant deux ans par des intervenants de différents milieux entrepreneurial, académique et communautaire en marge et suite à la dernière campagne électorale provinciale.

Déclaration d’intérêts: j’ai été un des participants à la rédaction du Manifeste.

Après un constat accablant sur le retard grandissant et préoccupant de la société québécoise, le texte avance que :

« Si nous, Québécoises et Québécois, n’arrivons pas, individuellement et collectivement, à nous approprier ces développements et ces nouveaux usages en fonction de nos besoins, de nos valeurs et nos aspirations, non seulement risquons-nous de rater de remarquables opportunités, mais aussi de devoir composer avec des inadaptations et fractures sociales et économiques qui découleront dès lors de décisions prises par d’autres et ailleurs. »

L’essentiel du manifeste se retrouve dans cette ambitieuse déclaration:

« Nous affirmons la nécessité que le Québec se dote promptement d’un plan numérique global et ambitieux et mobilise résolument l’ensemble de ses forces vives dans sa mise en œuvre afin de relever les défis sociaux, culturels et économiques posés par la révolution sociotechnique mondiale en cours.

En se fixant comme but déclaré de faire d’Internet un bien commun au bénéfice de tous et toutes, un tel plan devrait apporter des réponses pertinentes et créatives aux questions suivantes :

  • l’accès des individus, des organisations et des communautés aux réseaux et aux contenus;
  • le développement de la production, de l’offre, de l’utilisation et de l’appropriation des contenus;
  • la diversification des applications, des services et des usages;
  • la recherche et l’innovation techniques et sociales dans tous les secteurs d’activité (administration publique, industrie, commerce, économie sociale, instruction publique, santé et services sociaux, milieux communautaires, institutions démocratiques);
  • les domaines d’expertise à soutenir prioritairement sur le plan national et international;
  • la formation en milieux scolaires, populaires et de travail dans un contexte de société de l’information et des savoirs;
  • la préservation et le développement des cultures et des savoirs ainsi que du patrimoine culturel;
  • l’accès ouvert et le partage des données et des savoirs scientifiques;
  • la compétence des individus et l’innovation au sein des organisations;
  • l’identité numérique et la sécurité des individus et des organisations;
  • les places respectives des logiciels et contenus libres et propriétaires dans une perspective de biens communs;
  • la gouvernance québécoise, canadienne et internationale d’Internet, des normes techniques numériques.

Nous affirmons que la réussite des processus d’élaboration et de mise en œuvre d’un tel plan numérique québécois exige la participation et l’engagement de la totalité des acteurs sociaux, des secteurs d’activités, des segments de la population et des régions concernées.

Nous affirmons également que de tels processus doivent être des occasions d’expérimentation de nouvelles pratiques de gouvernance démocratique permises par les technologies numériques. »

Outre les inévitables requêtes aux gouvernements, le Manifeste est un appel à :

« tous les individus et organisations concernés à signifier publiquement leur participation et leur engagement à l’élaboration et la mise en œuvre d’un plan numérique québécois en endossant le présent manifeste et en le diffusant largement dans leurs réseaux pour le discuter et l’amender »

Que dire de plus ?

Mais plus fondamentalement: En ces temps et ce siècle, ce ne sont certes pas les défis qui manquent aux citoyennes et citoyens, au Québec et à l’Humanité entière.

Ensemble, pour soi et pour tous, emparons-nous donc des outils, des informations et des connaissances afin que les humains puissent avoir l’opportunité de réaliser leurs droits inaliénables, notamment à la vie, à la liberté et à la recherche du bonheur (pour paraphraser une autre déclaration désormais fameuse).

Je vous invite donc à mon tour à lire le texte du Manifeste, à signaler sur le site même votre endossement (en tout ou en partie), à le faire circuler, le discuter, l’amender… et le mettre en œuvre.

Aussi: Page Facebook du Manifeste ; #planqc est le hashtag de microblogue



line
footer
Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes
?php comments_popup_link(esc_html__(online ) { ?template_directoryline ))) { ?!--End Footer-- /a) { ?div style=ebusiness_integration_single_top) { ?ul id=