Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotesNotes de lecture

Structure du message Twitter pour les nuls (2012)

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Plusieurs ont probablement aperçu la Map of a Twitter status object (structure objet d’un message Twitter) ci-dessous. Produit par Raffi Krikorian, du département d’ingénierie de Twitter, ce tableau d’une page est devenu vite populaire. Car, il illustrait en une seule image qu’un message Twitter ne résumait pas du tout à une simple ligne de texte de 140 caractères.

Même si ce document et ses annotations s’adressaient d’abord aux développeurs d’applications numériques, ils avaient une forte valeur éducative. Je l’ai utilisé souvent. Il fallait voir s’écarquiller de surprise et de curiosité les yeux des étudiants en droit de l’information! Il devenait aisé de passer le message qu’il faut faire ses devoirs lorsqu’on évalue une pratique informationnelle. Ne pas se contenter des seules informations et processus apparents. Il faut comprendre ce qui se passe réellement dans la boite noire. Quitte à demander un coup de main à des informaticiens.

Je rédige un nouveau chapitre de livre intitulé « Unités de production ». Il explique que le maniement d’objets informations nous permet d’en produire de nouveaux. Or cette tâche exige, souvent à notre insu, la production d’autres informations encore, soit pour la réaliser, soit pour la décrire. L’exemple du tweet de 140 caractères qui, en fait, comporte des milliers de caractères de lignes de code me semble excellent pour illustrer ce propos.

J’ai donc entrepris de produire un nouveau tableau qui serait à jour ainsi que plus clair, lisible et compréhensible par des non-spécialistes.

Liste partielle des informations liées à un tweet (petit)

Le résultat est ce tableau s’étalant sur deux pages. Cependant, il en aurait fallu trois pour être exhaustif. Cliquez ci-après pour accéder à :

L’exercice m’a, entre autres, révélé la présence de champs concernant le blocage de messages ou de comptes entiers d’utilisateurs à la demande d’autorités publiques, de détenteurs de droits d’auteur ou d’autres. Il m’a aussi révélé que la mappe n’est pas que celle d’un message (tweet), mais aussi de toutes les informations coproduites avec celui-ci. Dans la mesure, où toutes ces informations sont accessibles en pratique, la distinction ne relève peut-être que de la nuance. D’un point de vue pédagogique cependant, elle mérite d’être signalée.

Autre révélation, j’ai détecté dans le tableau originel de Krikorian quelques coquilles de syntaxe, de description et de statut des champs décrits. Étant loin d’être ingénieur chez Twitter, je vous serais fort reconnaissant si vous me signaliez toute coquille ou erreur dans le nouveau tableau ici proposé.

Remarques de terrainInformation & DroitNotes de laboVivre entre les lignesNotesObservationsRéflexions

Autogérer son identité numérique, ses actifs numériques et ses biens intellectuels en cas de décès ou d’inaptitude

ObservationsDésormais grand-père, il me fallait réviser mon testament et mon mandat en cas d’inaptitude. Sauf que, cette fois-ci, j’ai découvert que je devais demander à mes éventuels mandataires ou exécuteurs de succession de composer avec l’omniprésence des supports numériques. Voilà qui leur complique leur tâche.

Il y a quelques années seulement, on pouvait aisément retrouver les documents d’une personne inapte ou décédée. Il suffisait de faire systématiquement le tour des différents espaces où elle vivait et travaillait. La nature des documents sautait généralement aux yeux : contrats, factures, correspondances privées, livres, disques, documents professionnels, etc. En l’absence d’instructions précises, on pouvait appliquer certaines coutumes: telles la remise des correspondances privées conservées à leurs auteurs; la distribution des contenus des bibliothèques, discothèques, albums photo ou collections aux proches intéressés; la conservation des documents d’intérêts fiscaux une sizaine d’années avant de les détruire.

Numérisation des actifs

Comme de plus en plus de gens autour de moi, je détiens de moins en moins de documents sur papier ou autre support macroscopique. Déjà, l’essentiel de mes documents se retrouve sous formes numériques : correspondances privées, dossiers, factures, contrats, documents fiscaux, bancaires et comptables; livres, musiques, photos ; documents professionnels; etc. (suite…)

1 comment |
line
footer
Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes