Notes de laboNotesRéflexions

Leçons personnelles apprises de l’écrasement d’avion du 29 novembre 1963

Très forts et marquants souvenirs d’enfance.

Cet écrasement mortel eu lieu vendredi, à quelques kilomètres seulement de l’usine où mon Papa travaillait. Un de ses collègues devait être dans cet avion, mais avait soudain changé d’idée dans la file d’embarquement.

Cratère au lieu d'écrasement d'avion

Le lendemain matin, Radio-Canada avait annulé la diffusion d’un épisode d’Am-stram-gram qui devait porter sur l’aviation.

Le vendredi suivant, mon père arriva à la maison au volant du prototype d’un tout nouveau modèle de camion à incendie pour aéroport dont il avait supervisé la conception et la construction. J’avais neuf ans, une rutilante machine rouge de pompier toute neuve chez moi une semaine seulement après un évènement dramatique où il aurait pu servir.

Ce camion fut détruit sur les pistes d’essai afin d’apprendre quelles étaient les capacités et limites ultimes de cette machine. Le tout dernier test avait été de lancer le camion à travers un boisé semblable à celui où le DC-8 s’était écrasé. Lorsque le camion rendit l’âme, son châssis était tout tordu et la rutilante peinture rouge avait été entièrement arrachée de ses flancs.

C’est à travers plusieurs expériences semblables que j’appris très jeune que :

  • premièrement, l’enjeu ultime de toute technologie est la vie humaine elle-même ; et
  • deuxièmement, la quête de connaissance repose presque toujours sur une forme ou autre de destruction.

1 comment |
line
footer
Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes