CommunicationsDébatsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Democracy in the Age of Digital Regulation

Many start our digital age with the invention of the computer. The device materializes Alan Turing’s concept of universal machine capable of executing any finite sequence of unambiguous instructions on any data.

Such « universal » capability has political implications each time some digital application supports human interactions.

We know that with words we can compose a near-infinite number of legislative texts from the most emancipating to the most subjugating. The very same is possible with digital devices. We can think up countless algorithms, standards and designs to manage relations between human and legal persons.

Thus, any set of design, data and programming for such purpose involves decisions of social, ethical and political nature.

And once imparted to machines, digital rules and instructions are automatically implemented with remarkable efficiency. Definitely more than legislative texts, regulations and contracts which can easily remain symbolic, gathering dust on shelves.

From the intimate…

Recently, U.K. and U.S. health authorities approved commercial pilots of wireless microchip pills. Those tablets transmit the time we take them or live results of the medical tests they carry out.

We can imagine beneficial uses: helping patients to manage multiple medications, or physicians to fine-tune diagnostics and prescriptions.

Conversely, we can envision contentious scenarios: doctors trailing patients who adjust medication on their own; or insurers suspending coverage for non-compliance to prescriptions.

Who then decides which automatic interactions between whom are permitted or prohibited through such devices? We the patients, with or without our physicians? Health professional corporations through standardized protocols? Pharmaceutical companies? The digital device’s manufacturers? The government agency approving their commercialization? Public or private insurers reimbursing their costs? Our elected representatives through legislation?

It is the highly adaptable effectual communications offered by digital devices that unavoidably opens such unfamiliar questions and issues.

To the global…

Internet has become a key societal infrastructure. However, Edward Snowden’s revelations proved how much it facilitates mass surveillance.

Yet, it is possible to redesign the Internet with default end-to-end encryption and « onion » rerouting of our communications and uses. Such features would still allow targeted surveillance of suspected individuals or organizations. But they would make mass surveillance of entire populations economically impracticable.

But again, who decides? Is it, for instance, the few thousand self-appointed members of the Internet Engineering Task Force (IETF), an international group with no legal status, nor formal membership procedure? If so, where are we, billions of Internet users, in those deliberations that directly concern us all?

We barely are even spectators of these decisions since such arcane stories often escape mass media’s attention.

Indeed, democratic governance of digital infrastructures such as the Internet remains to be devised.

To everywhere

Digital applications work best in integrated standardized settings.

Thus, future « smart » pills’ standards set in U.S. and U.K. could impose themselves as global medical norms.

As much as India’s controversial biometric standards for identification of its 1.3 billion citizens could become worldwide citizens/customers relationships management norms.

We already saw how cottage start-ups such as Google and Facebook rapidly got their undisclosed algorithms to custom-filter contents and relationships of the billions of users we are.

Soon, manufacturers might well leave us no choice but to use « smart » light bulbs that automatically link up to the Internet and our digital appliances and devices. Exactly as we recently discovered that some « smart » TV sets were built to spy on us.

As the « Internet of Everything » emerges, social norms under technical guises will be imposed upon us. Or not. It depends on who decide among all the possibilities offered by technology.

The new legislators

Currently, such digital decision making is increasingly exercised by technocrats, engineers and entrepreneurs outside traditional democratic institutions. All the more easily since they use formal languages incomprehensible by most citizens, processes largely imperceptible by human senses and standards applicable across jurisdictions.

I was a direct witness of one troubling instance: the development of the Quebec Health Record (QHR). Over a decade, the provincial government conducted several public consultations which confirmed a consensus on the long-standing principle of patients’ consent over communication of their medical information. Except that once QHR’s deployment begun, it became obvious that the device did not allow workable exercise of this right.

Hence in 2012, the adoption of a bill abolishing consent when information goes through QHR. It’s now all or nothing: either all care facilities and professionals have access to all your QHR contents; or nobody has.

They were existing or conceivable health records systems that maintain, even enhance, patients’ control over such communications. Unfortunately, once a large infrastructure such as QHR is in place, overhaul becomes quite expensive.

Recently, the Quebec Minister of Health admitted that the 1.6 billion dollars system is a failure, even from a strictly clinical standpoint, and that fixing it would cost at least another billion.

Design, standards and algorithms picked years before by a handful of technocrats, once embedded in costly circuitries and systems can force an entire society to give up on an undisputed fundamental right or principle. Or even on basic public service efficiency.

The democratic challenge

In order that democracy does not wane, but reinforces itself through the digitization of human interactions, we must collectively:

  • learn torecognize whichIT innovationsinvolve some exerciseofsocial power;
  • compel their designersto document such features in understandable and verifiable ways; and
  • democratizetheinnovation processes by deliberating them, eitherinexisting democratic venues or in new, often transnational, ones to be developed.

This requires:

  • better understandingby populations of the social and political dimensionsof IT;
  • internationally networked citizenry from local to global levels;
  • publicly availableexpertise on key technologies and issues; and
  • preferencefor open sources technologies permitting :
    • examination of which social interactions they actually permit,require orprohibit; as well as
    • their modification to democraticallydefined – and changing – needs.

Digitization of our societies has barely begun. Being able to decide about their future among all the many possible ones requires us to renew our democratic culture, practices and institutions.

Notes de laboNotesNotes de lecture

Note de lecture : Capacités comme critères d’évaluation de système d’information

Ces Notes de lectures citent et commentent le texte dans sa langue originelle, ici l’anglais.

I am used to consider criteria such as human rights, exercises of power, effects on one or many lives, as well as informatics and society implications for doing social assessment of interpersonal information systems.

After hearing a lecture from Martha Nussbaum, I consider that it would be useful to also include consideration of capabilities. That would not provide brand new criteria, but certainly an additional angle to look at them.

« The capabilities approach » is « an outcome-oriented view that seeks to determine what basic principles, and adequate measure thereof, would fulfill a life of human dignity. » (Wikipedia, « Martha Nussbaum« , August 5, 2014)

Nussbaum identifies 10 core capabilities that, in her eyes, should be supported by all democracies:

  1. Life. Being able to live to the end of a human life of normal length; not dying prematurely, or before one’s life is so reduced as to be not worth living.
  2. Bodily Health. Being able to have good health, including reproductive health; to be adequately nourished; to have adequate shelter.
  3. Bodily Integrity. Being able to move freely from place to place; to be secure against violent assault, including sexual assault and domestic violence; having opportunities for sexual satisfaction and for choice in matters of reproduction.
  4. Senses, Imagination, and Thought. Being able to use the senses, to imagine, think, and reason—and to do these things in a « truly human » way, a way informed and cultivated by an adequate education, including, but by no means limited to, literacy and basic mathematical and scientific training. Being able to use imagination and thought in connection with experiencing and producing works and events of one’s own choice, religious, literary, musical, and so forth. Being able to use one’s mind in ways protected by guarantees of freedom of expression with respect to both political and artistic speech, and freedom of religious exercise. Being able to have pleasurable experiences and to avoid non-beneficial pain.
  5. Emotions. Being able to have attachments to things and people outside ourselves; to love those who love and care for us, to grieve at their absence; in general, to love, to grieve, to experience longing, gratitude, and justified anger. Not having one’s emotional development blighted by fear and anxiety. (Supporting this capability means supporting forms of human association that can be shown to be crucial in their development.)
  6. Practical Reason. Being able to form a conception of the good and to engage in critical reflection about the planning of one’s life. (This entails protection for the liberty of conscience and religious observance.)
  7. Affiliation.
    1. Being able to live with and toward others, to recognize and show concern for other humans, to engage in various forms of social interaction; to be able to imagine the situation of another. (Protecting this capability means protecting institutions that constitute and nourish such forms of affiliation, and also protecting the freedom of assembly and political speech.)
    2. Having the social bases of self-respect and non-humiliation; being able to be treated as a dignified being whose worth is equal to that of others. This entails provisions of non-discrimination on the basis of race, sex, sexual orientation, ethnicity, caste, religion, national origin and species.
  8. Other Species. Being able to live with concern for and in relation to animals, plants, and the world of nature.
  9. Play. Being able to laugh, to play, to enjoy recreational activities.
  10. Control over one’s Environment.
    1. Political. Being able to participate effectively in political choices that govern one’s life; having the right of political participation, protections of free speech and association.
    2. Material. Being able to hold property (both land and movable goods), and having property rights on an equal basis with others; having the right to seek employment on an equal basis with others; having the freedom from unwarranted search and seizure. In work, being able to work as a human, exercising practical reason and entering into meaningful relationships of mutual recognition with other workers. »

(Wikipedia, « Capability approach« , August 5, 2014)

This list of core capabilities is non exhaustive. Indeed, it can be enlarged.

For instance, outside welfare economics, one can add other capabilities that are pertinent to interpersonal information system, such as « privacy » as defined by Rohan Samarajiva as « the capability to implicitly or explicitly negotiate boundary conditions of social relations. This definition includes control of outflow of information that may be of strategic or aesthetic value to the person and control of inflow of information, including initiation of contact. » (Rohan Samarajiva, »Privacy in Electronic Public Space: Emerging Issues », Canadian Journal of Communication, North America, 19, Jan. 1994. Available at: <http://cjc-online.ca/index.php/journal/article/view/796/702>).

A capability standpoint also reveals that such information inflow and outflow are far from exhausting this basic definition. Some « interflow » should also be considered: how, for example, intermediaries such as the Facebooks or Googles screen how one can be in contact with other or not, and how they could engage or not once contact is made.

As well, a capability standpoint can include an informational variation on the Practical Reason core capabilities. That is the capabilities to get, produce, process information to serve one’s own personal or collective goal.

Notes de laboNotesRéflexions

Leçons personnelles apprises de l’écrasement d’avion du 29 novembre 1963

Très forts et marquants souvenirs d’enfance.

Cet écrasement mortel eu lieu vendredi, à quelques kilomètres seulement de l’usine où mon Papa travaillait. Un de ses collègues devait être dans cet avion, mais avait soudain changé d’idée dans la file d’embarquement.

Cratère au lieu d'écrasement d'avion

Le lendemain matin, Radio-Canada avait annulé la diffusion d’un épisode d’Am-stram-gram qui devait porter sur l’aviation.

Le vendredi suivant, mon père arriva à la maison au volant du prototype d’un tout nouveau modèle de camion à incendie pour aéroport dont il avait supervisé la conception et la construction. J’avais neuf ans, une rutilante machine rouge de pompier toute neuve chez moi une semaine seulement après un évènement dramatique où il aurait pu servir.

Ce camion fut détruit sur les pistes d’essai afin d’apprendre quelles étaient les capacités et limites ultimes de cette machine. Le tout dernier test avait été de lancer le camion à travers un boisé semblable à celui où le DC-8 s’était écrasé. Lorsque le camion rendit l’âme, son châssis était tout tordu et la rutilante peinture rouge avait été entièrement arrachée de ses flancs.

C’est à travers plusieurs expériences semblables que j’appris très jeune que :

  • premièrement, l’enjeu ultime de toute technologie est la vie humaine elle-même ; et
  • deuxièmement, la quête de connaissance repose presque toujours sur une forme ou autre de destruction.
Notes de laboNotesNotes de lecture

Notes de lecture : Cavoukian, Ann. A Primer on Metadata: Separating Fact from Fiction

À propos de : Cavoukian, Ann. A Primer on Metadata: Separating Fact from Fiction (Information and Privacy Commissioner of Ontario, Canada, 1973).

Couverture de: Cavoukian, Ann. A Primer on Metadata: Separating Fact from Fiction (Information and Privacy Commissioner of Ontario, Canada, 1973)

Ces Notes de lectures citent et commentent le texte dans sa langue originelle, ici l’anglais.

Tweets from Privacy by Design (@embedprivacy) signaled the publication of A Primer on Metadata: Separating Fact from Fiction (18 pages PDF document). As I am currently working on a related subject, I read it at once… and was disappointed. The actual primer on what is metadata is only two pages long, rather minimal, inaccurate and not quite convincing.

Metadata (formal definition):

« Metadata is (…) essentially information about other information, in this case, relating to our communications. »

In this case : « Metadata is information generated by our communications devices and our communications service providers, as we use technologies like landline telephones, mobile phones, desktop computers, laptops, tablets or other computing devices. »

Cavoukian, 2013, p. 3

Metadata (descriptive definition) : « Metadata includes information that reveals the time and duration of a communication, the particular devices, addresses, or numbers contacted, which kinds of communications services we use, and at what geolocations. And since virtually every device we use has a unique identifying number, our communications and Internet activities may be linked and traced with relative ease – ultimately back to the individuals involved. »

Cavoukian, 2013, p. 3

 

As presented in the document, these two definitions are at odds with one another: the formal one referring to information items about other information items; but not the descriptive definition which is rather referring to information about processes. But computer specialists do recognize many kinds of metadata, even though they might use different typologies.

The few lines entitled « A Day in the Life… » (pp. 3-4) provide a good illustration of how (processes) « metadata created by the devices that two individuals use to communicate with each other can reveal a great deal » about them.

Finally, the section « Metadata May Be More Revealing Than Content » (pp. 4-5) reads more like a series of arguments from authority than as an actual demonstration.

Need for evidenced arguments

Coincidently, answering engineering students in a lecture made at Polytechnique Montréal last week, I had to remind that an information set would be metadata, not by some intrinsic nature, but merely by the context of its initial production and use. Classically, the term data referred to information items that are available (or to be produced) for the solution of a problem or the completion of a reasoning, an inquiry or a research. As soon as one so uses « metadata » (what ever the type), they become « data ». Thus, no longer are « metadata ».

From the very first universal purpose computing machine, computers – and digital devices since – require metadata to work. And they also produce other metadata as by-products of their processes. And from the dawn of informatics, those metadata were at once reused as data.

There is nothing new with using metadata to produce knowledge about people. A classic example is the introduction of the computerized cash registers. As the machine processes the customers’ purchases, it produces clock metadata than can be used to asses the clerks’ speeds to punch (now scan) items, to take payments and give change, to pack the goods and pass to the next customers.

Anytime an operation is linkable to a human user, the operations’ metadata can be exploited as data about this human user (and anyone related to that person). Videogames provides good examples of how the same outputs can simultaneously be processes’ metadata and players’ data.

These relative artificiality and mutability of the distinction between data and metadata become obvious when one considers (as these tweet structure maps show) that making a tweet of a maximum of 140 characters can easily require the production of between 500 and 1000 characters of metadata which include… the tweet message itself !

And indeed, the « metadata »/ »data » relative weights in todays’ particular instances can often be startling… if one can still distinguish between the two.

Also, need to make evidences evident

How come that there is no readily available button on which I could click to see the whole tweet actually produced, not only the message I wrote and sent?

Or how come that there is no readily available command to display what information my mobile phone service actually produces minute by minute?

And as I pointed out to Polytechnique’s engineering students: if NSA’s work is essentially done with computerized devices, how come Congress does not have a dashboard that harness the metadata about what kinds of operations NSA actually does? If such metadata would have been available, could Director James Clapper, been able to lie so easily about NSA’s operations before Congress? And Congress only discovering it through documents leaked by a whistleblower? After all, would it not be only metadata about systems’ uses, not data from the individual intelligence operations themselves? ;-)

Such are questions of critical and practical political significance. Because they breed other questions about who decides the production of such information. About its uses. About who control them. About their consequences. And so on. Of critical and practical significance also because they could turn a defensive stance into one of political affirmation. Such questions stem from an understanding of the nature of what information and information processing are. This is why it is so important to deepen and strengthen such understanding as well as to popularize it and make it useable by all citizens.

So if you know any instructive work on the subject…

Notes de laboNotesNotes de lecture

Quelques notes tirées du livre de Luciano Floridi, The philosophy of information

Tiré de : Floridi, Luciano. The philosophy of information (Oxford [England]; New York: Oxford University Press, 2011).

Ces Notes de lectures citent et commentent le texte dans sa langue originelle, ici l’anglais.

 

Good problem / Open problem / Reseach Method

« Good problems are the driving force of any intellectual pursuit. Being able to do valuable research hugely depends on having good taste in choosing them. Now, for Hilbert, a good problem is a problem rich in consequences, clearly defined, easy to understand and difficult to solve, but still accessible. Again, it is worth learning the lesson, with a further qualification. We saw in chapter one that genuine philosophical problems should also be intrinsically open, that is, they should allow for genuine, reasonable, informed differences of opinion. Open problems call for explicit solutions, (p. 29 ) which facilitate a critical approach and hence empower the interlocutor. »

Floridi (2011) p. 28-29

 

Good problem / Reseach Method

« Hilbert thought that mathematical research has a historical nature and that mathematical problems often have their initial roots in historical circumstances, in the ‘ever-recurring interplay between thought and experience’. Philosophical problems are no exception. Like mathematical problems, they are not contingent but timely. »

Floridi (2011) p. 28

 

Solution / Explicitness / Rigor / Research Method

The more explicit and rigorous a solution is, the more easily it is criticizable. Logic is only apparently brusque. Its advice is as blunt as that of a good friend. The real trap is the false friendliness of sloppy thinking and obscure oracles. Their alluring rhetoric undermines the very possibility of disagreement, lulling the readers’ reason to sleep.

Floridi (2011) p. 28

 

Information / Epistemology

« The informational circle: How can information be assessed? If information cannot be transcended but can only be checked against further information—if it is information all the way up and all the way down—what does this tell us about our knowledge of the world?

The informational circle is reminiscent of the hermeneutical circle. It underpins the modern debate on the foundation of epistemology and the acceptability of some form of realism in the philosophy of science, according to which our information about the world captures something of the way the world is (Floridi (1996)). »

Floridi (2011) p. 40

 

Information / Epistemology / Model / Information Modelling / Reseach Method

« The semantic view of science: Is science reducible to information modelling?

The semantic approach to scientific theories (…), argues that

scientific reasoning is to a large extent model-based reasoning. It is models almost all the way up and models almost all the way down. (Giere (1999), p. 56).

Theories do not make contact with phenomena directly, but rather higher models are brought into contact with other, lower models (see chapter nine). These are themselves theoretical conceptualizations of empirical systems, which constitute an object being modelled as an object of scientific research. Giere (1988) takes most scientific models of interest to be non-linguistic abstract objects. Models, however, are the medium, not the message. Is information the (possibly non-linguistic) content of these models? How are informational models (semantically, cognitively, and instrumentally) related to the conceptualizations that constitute their empirical references? »

Floridi (2011) p. 41

 

Data / Information / Materialism

« Wiener’s problem: What is the ontological status of information?

Most people agree that there is no information without (data) representation. This principle is often interpreted materialistically, as advocating the impossibility of physically disembodied information, through the equation ‘representation = physical implementation’. (…) Here, let me stress that the problem is whether the informational might be an independent ontological category, different from the physical/material and the mental, assuming one could draw this Cartesian distinction. Wiener, for example, thought that

Information is information, not matter or energy. No materialism which does not admit this can survive at the present day. (Wiener (1948), p. 132)

If the informational is not an independent ontological category, to which category is it reducible? If it is an independent ontological category, how is it related to the physical/material and to the mental? »

Floridi (2011) p. 42

 

ExpérimentationsInformation & DroitNotes de laboNotesRéflexions

Abandonner le concept (et l’illustration) de « collecte d’information » pour celui de « production »

Dans sa version originelle de 1990, la théorie des processus d’information interpersonnels désigne la collecte comme l’une des phases logiques de l’information. Ce terme de collecte est emprunté au droit de protection des renseignements personnels qui, lui-même, l’a emprunté au lexique des bureaucraties publiques et privées. Or, le mot collecte (action de recueillir un objet préexistant) masque la présence d’une production de nouveaux artéfacts informationnels. Le résultat est de voiler plusieurs implications, notamment celles liées à la propriété intellectuelle de ces nouvelles informations et à leur dimension pragmatique.

La question est alors : la collecte doit-elle être réellement considérée comme une phase logique de l’information? Ou est-le terme choisi qui est inadéquat? (suite…)

Projet « Par delà la vie privée »ExpérimentationsInformation & DroitNotes de laboNotes

Mon nouveau projet majeur de recherche

Depuis janvier 2013, j’ai entrepris un nouveau projet de recherche. Un gros projet qui accaparera la majeure partie de mes énergies durant les prochaines années. Un projet dont je rendrai compte des développements sur ce site.

Son titre est Par delà « la vie privée » : Théorie générale des processus d’informations interpersonnels.

Le but du projet est d’équiper les acteurs, praticiens et chercheurs d’outils facilitant l’identification et la solution des questions et problèmes légaux, sociaux et éthiques posés par ces applications et systèmes d’informations interpersonnels de plus en plus présents dans nos vies.

À ce stade-ci, j’en suis encore à mettre en place le projet dont les objectifs sont résumés plus bas.

À bientôt.

 

Objectifs

1. mettre à l’épreuve les concepts et propositions de la version originelle (1990) de la théorie juridique des processus d’information interpersonnels, notamment :

  • la consistance intrathéorique de ses concepts, définitions et propositions ;
  • sa consistance transthéorique avec la modélisation visuelle Portrait des Processus d’Information InterPersonnels ;
  • l’applicabilité empirique de ses énoncés à l’analyse des maniements d’informations interpersonnelles;
  • l’adéquation empirique de ses énoncés à révéler les implications légales, sociales et éthiques de maniements d’informations interpersonnelles;;
  • sa correspondance interthéorique avec d’autres modèles et approches d’analyse de systèmes d’informations utilisés par des praticiens;
  • sa correspondance interthéorique avec d’autres théories traitant des mêmes objets et ayant été développées en droit, philosophie, anthropologie, linguistique, informatique, gestion de l’information, études Informatique & Société.

2. vérifier la réalisation des prédictions de la théorie de 1990 relativement à la coévolution du droit et des processus d’information interpersonnels;

3. produire à partir des résultats des deux objectifs précédents :

  • une nouvelle version transdisciplinaire de la théorie des processus d’information interpersonnels; et
  • une mise à jour correspondante de la modélisation visuelle Portrait des Processus d’Information InterPersonnels;

4. développer des outils d’analyse ou modes d’emploi complémentaires susceptibles d’aider chercheurs, praticiens et acteurs à s’approprier la théorie et la modélisation visuelle.

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotesNotes de lecture

Structure du message Twitter pour les nuls (2012)

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Plusieurs ont probablement aperçu la Map of a Twitter status object (structure objet d’un message Twitter) ci-dessous. Produit par Raffi Krikorian, du département d’ingénierie de Twitter, ce tableau d’une page est devenu vite populaire. Car, il illustrait en une seule image qu’un message Twitter ne résumait pas du tout à une simple ligne de texte de 140 caractères.

Même si ce document et ses annotations s’adressaient d’abord aux développeurs d’applications numériques, ils avaient une forte valeur éducative. Je l’ai utilisé souvent. Il fallait voir s’écarquiller de surprise et de curiosité les yeux des étudiants en droit de l’information! Il devenait aisé de passer le message qu’il faut faire ses devoirs lorsqu’on évalue une pratique informationnelle. Ne pas se contenter des seules informations et processus apparents. Il faut comprendre ce qui se passe réellement dans la boite noire. Quitte à demander un coup de main à des informaticiens.

Je rédige un nouveau chapitre de livre intitulé « Unités de production ». Il explique que le maniement d’objets informations nous permet d’en produire de nouveaux. Or cette tâche exige, souvent à notre insu, la production d’autres informations encore, soit pour la réaliser, soit pour la décrire. L’exemple du tweet de 140 caractères qui, en fait, comporte des milliers de caractères de lignes de code me semble excellent pour illustrer ce propos.

J’ai donc entrepris de produire un nouveau tableau qui serait à jour ainsi que plus clair, lisible et compréhensible par des non-spécialistes.

Liste partielle des informations liées à un tweet (petit)

Le résultat est ce tableau s’étalant sur deux pages. Cependant, il en aurait fallu trois pour être exhaustif. Cliquez ci-après pour accéder à :

L’exercice m’a, entre autres, révélé la présence de champs concernant le blocage de messages ou de comptes entiers d’utilisateurs à la demande d’autorités publiques, de détenteurs de droits d’auteur ou d’autres. Il m’a aussi révélé que la mappe n’est pas que celle d’un message (tweet), mais aussi de toutes les informations coproduites avec celui-ci. Dans la mesure, où toutes ces informations sont accessibles en pratique, la distinction ne relève peut-être que de la nuance. D’un point de vue pédagogique cependant, elle mérite d’être signalée.

Autre révélation, j’ai détecté dans le tableau originel de Krikorian quelques coquilles de syntaxe, de description et de statut des champs décrits. Étant loin d’être ingénieur chez Twitter, je vous serais fort reconnaissant si vous me signaliez toute coquille ou erreur dans le nouveau tableau ici proposé.

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : La multiplication obligatoire des pains-informations électromagnétiques

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

 

Véhicules utilitaires

 

Toute information nous permet d’interagir à travers le temps et l’espace. Cette capacité varie selon le support physique. Cette différence devient flagrante entre matières solides et ondes électromagnétiques.

Quel effet cela vous ferait-il de sortir un billet de banque et de le bruler?

Si un pincement au cœur, la cause n’est pas la combustion d’une fraction de gramme de matière. Si excitation jouissive, celle-ci ne résulte pas tant de la flamme momentanée.

L’émotion provient surtout de la disparition irréversible d’informations. Pas n’importe lesquelles! L’écrit vaporisé en fumée véhiculait une unité de valeur que nous pouvions échanger avec autrui.

Les informations détruites nous permettaient d’obtenir d’une autre personne un bien ou un service. Ou de lui rembourser une dette. Ou lui offrir une assistance. Ou lui donner un cadeau.

Disparue également, la capacité de nous faire un cadeau.

D’où l’émotion suscitée. Nous avons à jamais détruit des informations représentant un fragment de pouvoir dans le monde humain.
Couvercle du disque plaqué or des sondes Voyager. Une plaque circulaire où sont gravées les instructions pour lire le disque et une carte de l'emplacement du système solaire.

(suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Quelques décisions suites à vos commentaires

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Tout d’abord, grand merci pour les commentaires reçus jusqu’ici ! Fait à noter : les personnes qui ont commenté jusqu’ici sont toutes des femmes. Aucun homme…

Vos commentaires sont tous précieux. Certains ont déjà entrainé plusieurs décisions, notamment :

  • diviser l’Introduction en courts chapitres de trois feuillets comme pour les autres parties du livre afin de clarifier et de simplifier le propos ;
  • ouvrir le livre avec la Table de notions plutôt que la Table de matières afin qu’on puisse voir dès les premières pages les sujets qui seront abordés ;
  • ajouter les illustrations suivantes au Prologue afin de rendre encore plus clair que son sujet est les « liens » que les informations tissent entre les individus, groupes et collectivités, plutôt que les informations elles-mêmes.

Une échographie, un réseau de relations : illustrations montrant que l'échographie Sarah, foetus, la relie à sa mère, à l'hopital et à son médecin, ainsi que, via un média social aux membres de la famille de la mère, ses amis, collègues et contacts

La relation supportée par des informations : exemple de la pétition. Ici, une pétition relie Sarah et d'autres citoyens (jouant le rôle de pétitionnaires) à une autorité publique (jouant le rôle de l'acteur pétitionné). La relation établie est l'acte de pétition.

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Glossaire

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Glossaire

 

Information : Ce mot reçoit des définitions fort différentes selon les usages et les domaines d’activité. Dans ce livre, ce mot désigne un support matériel à la conservation, à la communication et au traitement de connaissances ou de signaux, tout particulièrement ceux donnant forme à une relation interpersonnelle.

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Bibliographie

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Bibliographie

Cross, R. C, and M. S Wheatland. “Modeling a Falling Slinky.” arXiv:1208.4629 (August 22, 2012). http://arxiv.org/abs/1208.4629

Floridi, Luciano. Information: A Very Short Introduction. Oxford University Press,

Le Grand dictionnaire terminologique. Office de la langue française du Québec. http://www.gdt.oqlf.gouv.qc.ca/

Oxford English Dictionary Online. Oxford, United Kingdom. Oxford University Press. 2010. http://www.oed.com/

Trésor de la langue française informatisé. Analyse et traitement informatique de la langue française, Centre national de la recherche scientifique & Université Nancy-II. http://atilf.atilf.fr/

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Chapitre sur la réalité matérielle de l’information

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Chapitre de la Partie Un : Alignement : Objets appelés «informations»

La force du matériel

 

Les informations numériques sont des objets dont nous confions le maniement à des machines. Souvent microscopiques, ces informations et maniements peuvent alors nous être invisibles.
 

Plusieurs ont proclamé que nous assistions à une dématérialisation des activités humaines.

Dématérialisation de l’économie? Il est vrai que des parts croissantes de la production et du commerce consomment moins de matière et d’énergie. Une part se compose de services « intellectuels » : markéting, recherche et développement, conseils, formation. Une autre part porte sur des produits numériques qui peuvent être transportés électroniquement.

Dématérialisation de la monnaie? De la finance? Ou de l’information en général? Vrai aussi. Partout on remplace le papier par des supports électroniques performants.

Malheureusement, nombreux sont ceux qui ont cru qu’il s’agissait littéralement de dématérialisation. De disparition complète de matière. Une telle dématérialisation impliquerait que les informations soient des entités immatérielles. La gigantesque infrastructure d’internet serait une sorte de nuage intangible. Un cyberespace se développerait en un univers parallèle dont les propriétés échapperaient à celles du monde physique. Les législations des États y seraient pratiquement inapplicables. Les flux d’informations y seraient insensibles aux frontières nationales. Toute ambition de contrôler ces flux se révèlerait illusoire.
(suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Chapitre définissant « information » à l’aide d’un Slinky

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Chapitre de la Partie Un : Alignement : Objets appelés «informations»

Haute définition

 

Le mot « information » fait partie de la langue usuelle. Mais il désigne trop de choses différentes. Une exploration attentive exige de nous fixer d’abord une définition commune.

Slinky en chute libre: Expérience montrant que la bas d'un Slinky en chute libre flottera en l'air jusqu'à ce que les boucles au-dessus l'atteignent

Littéralement, le verbe informer signifie « donner une forme » à quelque chose. C’était d’ailleurs le sens de son ancêtre latin de deux-mille ans, informare. Ce dernier servait aussi à dire : « se faire une idée de » quelque chose ou quelqu’un. (suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : Générique

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Rédaction et illustration

Pierrot Péladeau

Première lecture

Pierrette Lavoie

Commentaires

Karine Clément

Anne-Marie Théoret

Valerie Steeves

Andrée Côté

Monique Chartrand

Cynthia Chassigneux

Hélène Bergeron

Alain Bellemare

Collection d’icônes

PIP-L (Portrait des Processus d’Information InterPersonnels – Langage) par Caroline Cyr

PICOL (PIctorial COmmunication Language) par Melih Bilgil

Images

Photographie d’un ensemble de caractères en bois utilisée pour la couverture du projet de livre : « gothic san serif lower case – FUTURA! » de Kyle Van Horn

Photo du couvercle du disque plaqué or des sondes Voyager : gracieuseté de NASA / JPL – Cal Tech

Hébergement du site web pierrot-peladeau.net

Michel Dumais

Promotion du chantier 

Robert Ellis Smith, Privacy Journal

p style= »padding-left: 30px; »

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : le Prologue (sur l’éducation que nos enfants méritent)

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Prologue

Lignées

 

Imaginons Sarah, une adolescente, qui réfléchit sur comment d’innombrables informations la relient aux autres. Ne devrions-nous pas offrir une telle éducation à nous-mêmes et à nos enfants?

 

Mes naissances

Ma vie foetale fut choyée. Ma mère l’a veillée de près. Elle et moi avons bénéficié du soutien attentionné des proches et de la médecine moderne. Ainsi, bien avant ma venue au monde, le dossier médical de ma mère avait déjà accumulé à mon sujet au-delà d’une centaine de lignes de texte. Des notes sur des observations, résultats de tests, conclusions diagnostiques, prescriptions, actes médicaux. Cela sans compter les milliers de lignes d’images échographiques. Des images de moi que Maman avait fièrement affichées sur ses pages de réseaux sociaux. Là, où s’affichèrent aussi des centaines de lignes d’encouragements et de conseils provenant de gens qu’elle y fréquente et de son obstétricienne.

Une échographie, un réseau de relations : illustrations montrant que l'échographie Sarah, foetus, la relie à sa mère, à l'hopital et à son médecin, ainsi que, via un média social aux membres de la famille de la mère, ses amis, collègues et contacts

À peine sortie du ventre de ma mère, la confirmation de mes signes vitaux entraina l’ouverture de mon dossier médical bien à moi. Certes, ce dossier a d’abord été identifié sous le prénom plutôt insignifiant de… « Bébé ». Mais avec sa création, je suis enfin devenue une « patiente » à part entière après pourtant des mois de suivi médical.

Mon bruyant et épuisant accouchement fut vite suivi par une autre naissance. Une plus discrète, mais pas moins importante : celle d’une nouvelle citoyenne. Elle eut lieu par l’inscription de quelques lignes sur le formulaire du registre d’état civil. Un geste anodin en apparence. Pourtant, cet acte m’a fait titulaire de plusieurs droits et bénéfices – et plus tard d’obligations – dans cette société où les hasards de l’histoire et de la génétique m’ont fait naitre.

Et de « Bébé », je devins officiellement « Sarah ».

(suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : le chapitre ‘Introduction’

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Introduction

Sociétés en lignes

 

Les technologies numériques transforment notre monde un peu plus chaque jour. Suffisamment pour affirmer que nous vivons une révolution. Comprendre l’information et ses rôles nous ramène à une invention ancestrale et familière : l’écriture.

 

Informations, dites-vous?

L’ordinateur a beau avoir été inventé il y a trois quarts de siècle. Ses innombrables avatars électroniques ont beau s’être disséminés partout, jusque dans nos poches. L’humanité a beau accélérer sa production d’« octets » et de « données » en quantités toujours plus astronomiques. Combien parmi nous comprennent ces objets appelés « informations »? Combien perçoivent les différents rôles que les humains leur font jouer? Combien savent comment nous pouvons nous-mêmes les utiliser? Comment nous pouvons influer les usages qu’en font autrui lorsque ceux-ci nous concernent? L’éducation de notre Sarah du Préambule, malgré sa flagrante nécessité, relève encore largement de la fiction. Ce livre démontre qu’il suffit de peu pourtant pour en établir les bases.

Car, la présence des informations s’étale de plus en plus au grand jour. Quotidiennement, tout autour de nous. La popularité croissante des applications numériques et des réseaux sociaux multiplient nos occasions d’apprentissage, d’expérimentation. Et notre culture nous offre déjà plusieurs clés pour leur compréhension et leur maitrise. (suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : la Table des notions

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »

Ce billet porte sur le Projet « Par delà la vie privée » : VIVRE ENTRE LES LIGNES la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Comme il s’agit d’un chantier de rédaction ouvert d’un livre de vulgarisation,

n’hésitez-pas à commenter !

Toute remarque aide à l’améliorer.

Table des notions

 

Énoncé général :

Les informations personnelles jouent des rôles croissants

dans la vie des individus, des groupes et des sociétés

« informations » :

Les informations sont des objets matériels

Ces objets supportent des connaissances et signaux, facilitant leur stockage dans le temps, leur communication dans l’espace et leur maniement pour produire des informations nouvelles

Une opération effectuée sur des informations pour produire certaines informations nouvelles (résultats) peut aussi générer d’autres informations nécessaires à sa réalisation et d’autres pour la décrire

Le stockage structuré d’informations peut les multiplier

La communication d’informations produit souvent des informations nouvelles (suite…)

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Projet « Par delà la vie privée » : la Table des Matière

Projet « Par delà la vie privée »CommunicationsNotes de laboVivre entre les lignesNotes

Lancement du chantier de rédaction ouverte du projet « Par delà la vie privée »

VIVRE ENTRE LES LIGNES

la société de l’information à travers nos informations personnelles

Invitation

Couverture provisoire du livre : Titre : « Vivre entre les lignes : la société de l'information à travers nos information personnelles » - Mentions : « Par delà la vie privée - Livre en chantier ouvert »
Ce billet ouvre ici publiquement le chantier de rédaction d’un livre destiné à un large public: autant citoyens curieux que spécialistes de domaines divers et formateurs.  Son objectif : aider à comprendre nos sociétés de l’information à partir de l’exploration de la réalité plus immédiate de nos propres informations personnelles. Son principal défi : présenter clairement et simplement des savoirs utiles, mais souvent techniques. D’où le recours à un chantier de rédaction ouvert.

Le nom du chantier et titre de travail du livre : le Projet « Par delà la vie privée » : Vivre entre les lignes : la société de l’information à travers nos informations personnelles.

Les chapitres seront publiés au fur et à mesure de leur production. Vous êtes invités à les commenter. Vos observations et suggestions seront précieuses. Elles permettront de parfaire les contenus discutés et la manière dont ils sont communiqués. (suite…)

« Previous Entries

1 comment |
line
footer
Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes