ExpérimentationsNotes de laboNotesRéflexions

Question: Comment illustrer la notion d’option de retrait?

Une réalité fréquente dans le maniement d’informations personnelles est l’option de retrait : le fait qu’un ensemble d’opérations seront réalisées à moins que la personne concernée n’exprime sa volonté de ne pas le permettre. L’exemple le plus courant est le commerçant qui vous recontactera pour des offres d’autres produits ou services à moins que vous lui signaler votre désir qu’il ne le fasse pas. Comment illustrer ces opérations obligatoires ou « par défaut » et le fait que la personne peut les refuser?

Consentement à la communication dans DSQ – v. 10 mars

Dans le schéma ci-haut, nous avons :

  • délimiter l’ensemble des opérations obligatoires à l’intérieur d’un encadré marqué de la flèche cerclée de vert reprenant le pictogramme routier « direction obligatoire » accompagnée de la mention « Loi » qui précise que cette obligation est légale;
  • identifier chacune des opérations obligatoires en les marquant du même pictogramme « direction obligatoire », plus pictogramme d’engrenages (signifiant automatisme), plus le pictogramme « non-consentement »;
  • signaler la présence d’une option de retrait par un losange de décision entre « oui » (et pictogramme PICOL « exécution/poursuivre opérations » vert) et « non » (et pictogramme dérivé de PICOL « annuler » rouge) qui comprend le mot « option »;
  • délimiter le sous-ensemble des opérations susceptibles de faire l’objet d’une option de retrait par un encadré.

L’ensemble iconographique signalant l’option de retrait m’apparait compliqué et insuffisamment évident. De plus, il ne transmet pas l’idée qu’on n’offre pas nécessairement au patient un moment de décision avant la création de son dossier DSQ, mais plutôt que les processus d’accumulation et de transmission seront automatiquement réalisés et se poursuivront à moins que le patient exerce son option de retrait.

Certains graphistes ont utilisé une main blanche dans un cercle ou octogone rouge pour illustrer l’option de retrait. Comme les pictogrammes PIP-L du consentement et non-consentement utilisent une poignée de main, l’emploi de la main formant l’injonction « Arrêtez! » présenterait offrir une certaine cohérence logique et esthétique. Cependant, s’ils expriment bien l’idée d’arrêt ou refus d’opération, seuls, ils apparaissent trop impératifs pour communiquer l’idée d’une option.

Bref, comment encore mieux illustrer l’option de retrait? Avez-vous des suggestions?



line
footer
Powered by WordPress | Designed by Elegant Themes
?php comments_popup_link(esc_html__(online ) { ?template_directoryline ))) { ?!--End Footer-- /a) { ?div style=ebusiness_integration_single_top) { ?ul id=